14 janvier 2019 – Chiang Mai

15 janvier 2019

Thaïlande - 2019

Quelle journée les amis !

DSC00303-compressedOn se retrouve tous les 5 à 6h30 à l’accueil de l’hôtel. Nous avions commandé des petits déjeuners à emporter, nous déjeunons rapidement dans le hall en attendant le chauffeur qui vient nous chercher pour nous emmener au sanctuaire des éléphants. Pas très chaud ce matin ! Nous embarquons à l’arrière du pick-up couvert mais non fermé. Nous roulons dans Chiang Mai qui se réveille à peine, le jour se lève, il fait froid  (18°C seulement) et c’est très brumeux. Dès que nous arrivons à l’extérieur de la ville, notre chauffeur accélère et nous n’avons pas très chaud en short et tee-shirt. Nous nous enveloppons dans nos serviettes de bain. Environ 30 mn plus tard, arrêt de 20 mn dans une station service, histoire d’aller aux toilettes et de prendre un café que nous accompagnons d’un croissant. Et oui ! nous nous régalons, il est aussi bon que chez nous. Notre guide, Simon, nous rejoint ainsi qu’un autre véhicule ; nous sommes donc un groupe de 11 personnes. Simon nous annonce que le programme est modifié car il fait trop froid pour les activités avec les éléphants ce matin, donc nous commencerons par le rafting. Tout le monde remonte dans les véhicules et nous voilà repartis. Nous quittons la plaine pour nous engager sur une route qui serpente à travers la montagne. Je commence à me crisper car je suis malade quand ça tourne et je ne voudrais pas que cela gâche ma journée. Heureusement, nous arrivons rapidement à la rivière.

20190114_082149A-compressed20190114_083136A-compressedSimon nous indique que nous ne nous mouillerons que les fesses et les pieds, nous répartit sur les radeaux en bambou pour les équilibrer et nous donne des petits tabourets en bambou pour nous installer. Un barreur dirige notre radeau avec une grande perche en bambou et une extrême dextérité. Nous glissons au fil de l’eau en admirant la nature qui nous entoure.

20190114_083445A-compressedPar endroit, la rivière devient plus tumultueuse mais notre habile barreur manœuvre avec expérience notre radeau jusqu’à ce que Laure et moi glissions doucement (les quatre fers en l’air, selon les dires de Thierry et Théo) et tombions dans l’eau ! Thierry et Théo, puis Laure et moi sommes morts de rire. Le barreur se retourne étonné de nous avoir perdues. La rivière est peu profonde donc nous remontons rapidement à notre place et partons toutes le deux dans un fou rire. Plus loin, il nous fait descendre du radeau car le passage est très étroit. Trempées Laure et moi commençons à avoir un peu froid. Nous continuons ensuite sur plusieurs centaines de mètres avant d’atteindre l’arrivée où notre guide et les véhicules nous attendent.

Nous en profitons pour nous mettre au soleil pour sécher car cette fois nous sommes vraiment frigorifiées. Nous repartons, mais cette fois, je demande à me mettre à côté du chauffeur et je fais bien car la route est de plus en plus étroite et de plus en plus accidentée par de grosses ornières. Nous arrivons enfin à destination et nous partons pour un trek dans la jungle.

DSC00307-compressedEn fait une promenade à travers le village et les alentours. Il y a une école fréquentée par une bonne centaine d’enfants de 6 à 12 ans qui viennent des villages des environs. Certains mettent 2 heures pour venir à l’école. Après 12 ans ils doivent aller à la ville si les parents ont les moyens car ce n’est plus gratuit. Sinon, ils travaillent à la ferme. Le village vit pratiquement en autarcie donc nous retrouvons l’essentiel des animaux d’une ferme : poules, coq, cochons, bœufs, et les plantations : riz, maïs, pomme de terre

DSC00331-compressedDSC00315-compressedLes maisons sont toutes sur pilotis à cause de la pluie mais également des animaux de la jungle. Elles sont recouvertes de feuilles de caoutchouc sèches. Elles rendent la toiture étanche et en cas de vent elles sont disposées de telle façon qu’elles laissent passer le vent sans tout détruire. Le reste des maisons est en bambou car c’est très solide et imputrescible. Au passage, nous goûtons du tamarin, un fruit allongé comme un gros haricot mais marron. Il faut retirer la peau, la chair est jaune, c’est un peu citronné et il y a des noyaux.

fichier mov

DSC00335-compressedDSC00340-compressedNous arrivons maintenant vers l’enclos des éléphants. Nous déposons tous nos sacs pour enfiler des vêtements de mahout (dresseur d’éléphants) afin d’aller les nourrir. Nous emportons avec nous 4 caisses remplies de bananes dont ils raffolent. Simon nous montre comment faire puis c’est à notre tour de leur donner des bananes, soit dans la trompe, soit directement dans la gueule. Ils avalent jusqu’à 200 kg de nourriture par jour : herbe, feuilles, bananes et canne à sucre, mais pas trop, car le sucre n’est pas très bon pour eux. Ils boivent jusqu’à 100 litres d’eau et dorment très peu sauf quand ils sont petits. Il y a 4 femelles et nous ne verrons pas le mâle qui sert surtout à la reproduction et qui est un peu agressif. La gestation de la maman éléphant dure 24 mois.

DSC00379-compressed

C’est ensuite à notre tour de manger un repas thaï spécialement préparé pour nous. Nous avons le temps de nous délasser un peu avant de nous mettre en tenue, c’est-à-dire en maillot de bain et pieds nus pour le bain de boue avec les éléphants.

DSC00424 2-compressedNous nous rendons dans la piscine privée des éléphants sous les sobriquets d’un autre guide Roberto le bout-en-train. Roberto nous incite à nous enduire de boue, nous aide allègrement surtout les femmes en criant “Oh my bouddha !” se moquant un peu des anglaises qui n’arrêtent pas de s’exclamer “Oh my God” à chaque fois qu’elles découvrent quelque chose. ca dérive en bataille puis, un à un, les éléphants viennent se faire frotter à la boue. On s’en donne à cœur joie, ça patauge, ça rigole, on prendre beaucoup de photos et de films.

DSC00429 2-compressedDSC00445-compressedPuis, nous descendons à la rivière, alors que Roberto chante “un kilomètre à pied…” avec son accent rigolo, pour tous nous rincer ainsi que les éléphants. Le plus jeune se roule dans l’eau avec plaisir. Et comme vous pouvez vous en douter, là aussi c’est la bataille d’eau.

DSC00477-compressedDSC00478-compressedLes éléphants retournent dans leur enclos tandis que nous poursuivons la balade, sous les “vas-y mon kiki” de Roberto ou “voulez-vous coucher avec moi…” en fait son répertoire au complet de tout ce qu’il connaissait en anglais, jusqu’à une cascade histoire de finir de se débarrasser complètement de la boue avec, en bonus, le massage sous les trombes d’eau qui tombent de la falaise. L’eau n’est pas très chaude mais le soleil est là et nous nous séchons ensuite comme des lézards. Retour au sanctuaire des éléphants pour enfiler des vêtements secs prendre un petit 4h et dire au revoir à nos hôtes.

DSC00520-compressedIMG_4977-compressedDe retour à l’hôtel, après une douche pour terminer d’éliminer le sable, nous allons boire une bière sur la terrasse des Cherrier avant de filer au Night Bazar (marché de nuit) qui est à deux pas de l’hôtel. Nous arrivons directement sur la place où n’avons que l’embarras du choix. En apéro, nous grignotons des insectes grillés, vers, sauterelles et grillons. Ensuite, chacun choisit son plat et on se retrouve autour d’une table pour diner tandis qu’un groupe reprend des tubes actuels, ou pas. Nous terminons la soirée en flânant au marché où les stands pullulent de souvenirs mais aussi d’objets artisanaux.

Nous précisons à nos lecteurs que nous avions minutieusement choisi l’organisateur de cette journée dans un village où les éléphants ont été secourus de blessures ou autres et comme vous pouvez le constater nous ne voulions pas monter dessus comme dans beaucoup d’autres tours organisés pour les touristes.

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

2 Réponses à “14 janvier 2019 – Chiang Mai”

  1. charline Dit :

    Ohhh comme vous vous regalez !!! Je pars toute notion de temps et d’espace en vous lisant. C’est super et mê donne l’envie de decouvrir l’Asie.
    gros bisous

  2. Brosset Véronique Dit :

    et moi j’aurais bien fait un saut dans l’espace pour vous rejoindre sur ce moment éléphantesque !
    Bisous

Laisser un commentaire

berberspacemorocco |
Ju and Mimi on the road |
pacoucharly |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une application directe du ...
| location Calvi Location à C...
| Nico et Lucie en Nouvelle-Z...